ACTUALITE
20.06.10 - Hell Pé - 7 coms
Qu'ont pensé les journalistes des Sonic à l'E3 ?
&Je "vais vous briser d'avance le suspense : globalement, ils en ont pensé du bien, et pas qu'un peu même. Pour la revue de presse qui va suivre, je m'en tiendrai aux hands-on (c'est à dire des impressions, manette en main) réalisés par les sites anglophones que j'ai sélectionné.

Commençons par les retours d'expérience (si on peut appeler les sessions de jeu dans les conditions de l'E3 des "expériences") sur Sonic 4. Ce sont les plus contrastés : on parle là d'un titre à polémique, et cette dernière n'est pas passée inaperçue. Ce qui n'empêche pas toutefois de lire quelques commentaires dithyrambiques.
    [*] "Ce doit être exactement le jeu que les fans de Sonic désiraient tant", proclame Joystiq, "ce qui n'est pas étonnant vu ce qu'a fait Dimps avec Sonic sur DS par le passé". Selon Richard Mitchell, le level design est tout à fait fidèle aux "embranchements qui ont rendu l'exploration si agréable dans les jeux originaux" ; et même, l'homing attack qu'on kiffe tous ici à SO "apporte un aspect supplémentaire au flow traditionnel des jeux Sonic". [*] C'est globalement l'avis partagé par les gens de Destructoid, qui se sont fendus de deux articles différents pour en parler - le premier de Dale North, le second de Jim Sterling, qu'on savait déjà courageux combattant dans le duel millénaire de la connerie contre l'intelligence. "Sonic 4 a l'apparence de la suite numérotée dont vous aviez toujours rêvé" nous dit Dale North, en allant jusqu'à adresser ses "félicitations" à Sega, pour avoir "fait à nouveau un bon jeu Sonic". Jim Sterling surenchérit, en considérant que "le jeu est centré davantage sur le level design que sur la vitesse, ce qui était la chose primordiale que j'attendais de ce jeu" et que le gameplay "se ressent réellement comme une évolution de la formule originale, au lieu d'une "réinvention" de la série grossièrement sous-estimée". Néanmoins, Sterling relève un souci au niveau de la maniabilité, sur laquelle son collègue n'a pourtant rien trouvé à redire : "Mon seul problème est que Sonic en lui-même est un peu mou, au premier abord". Sonic mettrait selon lui du temps à atteindre sa vitesse de pointe, mais devient tout à fait contrôlable par la suite. [*]C'est à cette même conclusion qu'est arrivé Sonic Stadium. "Les contrôles sont un peu raides" nous dit Jason, "cependant une fois que vous vous y serez habitué (ce qui vous prendra quelques niveaux), ça commencera à aller mieux" Il ajoute au sujet de l'homing attack qu'elle est "à la fois un don du ciel et une plaie", selon le level design des niveaux : dans les actes les moins appropriés, "vous devez la sortir toutes les deux secondes". "Allons Sega ! Je n'ai rien contre ce mouvement, mais n'allons pas trop en faire non plus !" Jason précise toutefois que le jeu est "fun à jouer" et qu'il s'y dégage "étrangement une sensation old-school". "Il doit être précisé qu'il s'agit là d'un jeu que vous ne pourrez réellement juger à moins d'y jouer vous-même", conclut cet article. [*]Moins optimiste, ce gros fanboy de RMC, dans son blog GoNintendo, nous confesse, tout penaud, que "j'ignore si je me sentais un poil cynique, mais tout ce que j'ai vu dans ce jeu n'était que problèmes. Pour être totalement juste, je comparais bel et bien ce jeu à l'ère 16-bit (...) Peut-êtres mes espoirs étaient-ils placés trop haut". Son gros point de grief est la maniabilité : "tout dans la manière de contrôler Sonic sonnait faux", "le moteur physique (...) n'avait aucun sens" et "le pire de tout, l'homing attack dans ce jeu rend le tout bien trop facile". Il précise toutefois que "le level design était plutôt agréable", avec "beaucoup de chemins et d'endroits à explorer", mais conclut avec cette phrase : "Malheureusement, il semble que SEGA ait oublié ce qui rendait les Sonic classiques aussi amusants". [*]La critique la plus dure est peut être celle de Jeff Gerstmann, ex-Gamespot (que vous connaissez peut-être suite à l'affaire Kane & Lynch) et désormais à Giant Bomb. Loin d'être convaincu, il affirme carrément que "l'homing attack ne fait qu'ajouter au sentiment que les jeux Sonic, y compris les classiques, n'ont pratiquement pas le moindre gameplay". "Cela ne ressemble pas à une évolution, ou à une nouvelle approche fun d'une franchise autrefois bien-aimée. Ça a tout l'air de coller strictement au pitch original dans l'espoir d'embarquer les nostalgiques qui rouspètent sur les tentatives récentes de ressusciter Sonic".


Les commentaires relatifs à Sonic Colors sont, bien plus optimistes. Points communs : tous les journalistes ont remarqué la parenté avec les niveaux de jour de Sonic Unleashed ; et la majorité d'entre eux a également fait le rapprochement avec les Super Mario Galaxy, au sujet desquels je peux affirmer sans trop me mouiller qu'ils sont les meilleurs platformers 3D des années 2000.

Je ne ferai pas de liste ici : GamesRadar, qui s'est pourtant montré très dur avec les Sonic récents, n'hésite pas à dire que "nous sommes à nouveau excités par un Sonic, hé oui, malgré tout ce qu'il nous a fait endurer" : "tout ce que nous avons vraiment aimé dans Unleashed – la course, les boosts autoguidés ["homing dashes"], et cette merveilleuse impression de vitesse – a été repris dans un jeu 3D bien plus proche du hérisson que vous connaissez et adorez". Pour Kotaku, en plus d'être "graphiquement remarquable", le jeu est "désarmant de plaisir" et "la variété de gameplay apportée par le gimmick des Wisps semble être une extension naturelle au genre "plate-forme à grande vitesse" caractéristique de la série". GoNintendo nous dit également que Colors est "étonnament bon", une de leurs expériences "les plus fun" du salon. "Je ne me suis jamais retrouvé à faire un saut désorienté au-dessus d'une barrière, en me demandant où j'allais atterrir", ajoute Dale North de Destructoid. Nuckles87 à Sonic Stadium précise qu'il n'a pas trouvé les stages de jours d'Unleashed parfaits, mais que "tout ce que j'ai à dire, c'est que Sonic Colors est un jeu authentiquement FUN (...) En gros, c'est le jeu Sonic que je voulais depuis Sonic Adventure 2".

Au risque de nous répéter, on peut constater ici que ce déferlement d'enthousiasme est réellement sans surprise. Sonic Colors, comme les journalisles l'ont constaté eux-même, prend simplement acte des reproches adressés à Unleashed par l'écrasante majorité des critiques, à savoir : virez la partie nocturne, le reste était super. Si Sega semble avoir retenu la leçon et livrer sagement ce qu'on leur a demandé, en revanche, quelques journalistes se souviennent encore du vieux Sonic Cycle et demeurent prudents : "Il est toujours délicat d'aborder un nouveau Sonic sans préjugé" nous rappelle Eurogamer, tout en précisant que Colors semble aller dans la bonne direction. Et c'est Jim Sterling qui se souvient avoir été leurré par les premières impression qu'il a eu avec Unleashed ; c'est pourquoi il conclut son avis sur Colors en nous disant "l'optimisme prudent est la position à adopter jusqu'à ce qu'on ait davantage joué". Pour la majorité d'Européens qui nous lisent, il faudra attendre la "période des fêtes", sans autre précision, pour pouvoir tâter de Sonic Colors ; Sonic 4 devant théoriquement débarquer plus tôt.

Vous noterez que j'ai omis de mentionner la version DS de Colors et Sonic Free Riders. Pour être honnête : je n'ai rien lu d'autre au sujet du premier que "c'est comme Sonic Rush" (en même temps, avez-vous vu la vidéo ?) ; quant au second, il semblerait qu'il n'était pas jouable au salon.